Accès Rapides

Petite Histoire de la Coutellerie

Moulin à grain depuis l’époque gallo-romaine, propriété au Moyen Âge du prieuré de Cenon, il fut racheté en 1838 par les frères Mermilliod pour être converti en coutellerie.

Ouvrant l’ère de la coutellerie châtelleraudaise moderne, cette manufacture exemplaire fut le berceau d’inventions capitales, récompensées à l’occasion des grandes expositions universelles de Paris et Londres.
Ces trouvailles qui permirent de mécaniser fortement l’industrie et d’utiliser une main d’oeuvre moins qualifiée que par le passé, furent ensuite répliquées le long du Clain par d’anciens contremaîtres (Moulin des Coindres, Ets Pagé à Domine) puis à Thiers.

En 1865, Turgan, chargé par Napoléon III de faire l’inventaire des industries de pointe en France et à travers le monde, classe, dans son livre « Les Grandes Usines », la Coutellerie du Prieuré aux cotés des Verres St Gobain, des Cristalleries Baccarat, des Aciers Krupp, comme étant chacune la référence dans leur domaine. Après plusieurs successions complexes, la coutellerie, en difficulté pour avoir “manqué” le tournant de l’inox, est rachetée en 1939 par M. Rocher, industriel spécialisé dans la mécanique.

La coutellerie s’éteint peu à peu au profit de cette activité. Dès 1939, M. Rocher, pour satisfaire aux besoins de l’armée française, fait raser une des ailes de la manufacture pour bâtir un bâtiment en béton, verre et acier. Le propriétaire est condamné après guerre et ses usines sont saisies et versées au Domaine.
Après la succession de 7 administrateurs provisoires, on refait appel à M. Rocher en 1952. Celui-ci ne saura éviter la faillite de ses anciennes entreprises, vendues par le domaine en 1958. Le site de la Coutellerie, racheté par M. Corbon, fermera ses portes au début des années 1980.

En 2003, le lieu, en ruine, est acquis par Arnaud Cohen, qui le sauve de la destruction et du pillage.
La Coutellerie est inscrite à l’inventaire général Mérimée des monuments industriels depuis 1991.

La sculpture occupe aujourd’hui une place dominante dans l’art contemporain mondial.
Des sculpteurs comme l’Américain Jeff Koons ou l’Italien Mauricio Catelan sont des stars dont les oeuvres se négocient en dizaines de millions de dollars. On leurs dédie à travers le monde des espaces d’exposition gigantesques où leur travail peut donner toute sa puissance.
Pourtant, la sculpture contemporaine reste en France une grande inconnue pour le plus grand nombre, une énigme entraperçue brièvement au détour d’un rond point (pour les plus chanceux d’entre nous), car, le plus souvent, les espaces de démonstration locaux sont inadaptés. L’initiative prise par la Coutellerie de montrer les sculptures et installations en plein air de dix jeunes artistes français est une première qui, si elle rencontre le succès, ne manquera pas d’être rééditée.

Ouvrir exceptionnellement les portes de cet espace est également pour moi l’occasion de remercier mes voisins et mes élus de l’accueil qu’ils ont fait au sculpteur parisien que j’étais encore il y a peu.

A. Cohen

Plus d’Infos sur le site www.lacoutellerie.com